Suzanne Chami

Entretien avec de Suzanne Chami, Déléguée Générale de l’Institut IDEAS.

Le HTC Project fait partie des quelques organismes suivis par l’Institut IDEAS qui sont impliqués dans un programme de recherche et d’innovation médicale

Dans une quête constante d’amélioration de son organisation et de ses pratiques, le HTC Project s’est engagé dans une démarche de labellisation en bénéficiant de l’accompagnement d’une équipe de bénévoles de l’Institut IDEAS*. Suzanne Chami, Déléguée Générale de cet Institut dédié au soutien des associations, des fonds de dotation et des fondations dans leurs missions d’intérêt général, nous explique les modalités de cet accompagnement hautement stratégique pour le HTC Project.

Nous accompagnons plus de 80 associations, fonds de dotation et fondations qui interviennent dans une très grande diversité de thématiques telles que la solidarité internationale, l’insertion, les problématiques environnementales, la culture, la lutte contre les précarités et bien sûr, la recherche médicale. Parmi les organismes que nous accompagnons ou que nous avons accompagnés dans une démarche de labellisation, le HTC Project fait partie, comme la fondation Vaincre Alzheimer et l’association Vaincre les maladies Lysosomales, de ceux qui financent des projets d’excellence dans le domaine de l’innovation médicale.

Nous sommes donc très heureux d’accompagner le fonds de dotation HTC Project et son programme ambitieux de recherche médicale pour faire reculer les complications de la greffe de moelle osseuse.

L’accompagnement des actions d’intérêt général au cœur de la démarche de l’Institut IDEAS

Lorsque nous nous engageons auprès d’un nouvel organisme tel que le HTC Project, notre objectif premier est d’accompagner sa montée en compétence en déployant une démarche d’amélioration continue sur du moyen, voire du long terme. Si l’on compare notre accompagnement aux démarches qualité telles que les certifications ISO, on peut dire qu’il n’est pas limité dans le temps. Notre rôle est tout d’abord de suivre l’organisme jusqu’à la présentation de son dossier au Comité label IDEAS pour évaluation. Mais l’obtention du label IDEAS pour une durée de trois ans n’est absolument pas une fin en soi, il s’agit ensuite pour nous de faire bénéficier l’organisme labellisé du soutien de nos conseillers bénévoles ainsi que des nombreux services offerts par l’Institut – boîtes à outils méthodologiques, ateliers de formation etc. – pour lui permettre de poursuivre ses démarches d’amélioration continue.

Favoriser une approche tripartite

Notre démarche consiste à trouver la bonne méthode et les moyens efficaces pour structurer l’organisme qui porte des projets scientifiques de très haut niveau en ce qui concerne le HTC Project, mais cela peut également concerner des actions sociales, des actions de plaidoyer pour les associations qui œuvrent dans la solidarité climatique par exemple. Le rôle de l’Institut est d’aider l’organisme à poser les bonnes bases dans tous les aspects de son fonctionnement, qu’il concerne sa gouvernance, sa gestion et notamment sa gestion financière, le pilotage et l’évaluation de ses actions, ou sa responsabilité sociétale. Ces organismes qui œuvrent pour l’intérêt général doivent en effet pouvoir bénéficier de notre accompagnement pour évaluer leur engagement et leur responsabilité au travers des missions pour lesquelles ils se sont engagés.

Un élément également très caractéristique de la démarche IDEAS qui a été décidé lors de sa création, concerne son positionnement à la croisée des organismes d’intérêt général (associations, fonds de dotation et fondations), de ceux en charge des missions de contrôle et de l’audit (commissaires aux comptes, experts comptables), et du monde des financeurs publics et privés avec notamment les mécènes et les philanthropes. L’un de nos objectifs est de trouver un langage commun entre tous ces acteurs, une vraie synergie qui se traduit très concrètement par le fait que notre Comité expert est composé de l’ensemble de ces parties prenantes avec toutes leurs spécificités. C’est ensemble que nous avons mis en place un guide des 90 bonnes pratiques qui peut être considéré comme notre outil de référence dans notre mission d’accompagnement des organismes au cours de leur démarche de labellisation. Ce guide traduit la convergence des attentes des financeurs, des exigences des autorités de contrôle et enfin des besoins des associations, fonds de dotation et fondations.

Provoquer un effet miroir

Il existe plusieurs étapes clés dans la vie d’un organisme d’intérêt général. On constate très souvent que certains privilégient spontanément l’opérationnel pour mener des actions immédiates en négligeant parfois les aspects organisationnels de la structure. C’est en cela que l’Institut IDEAS joue un rôle important en qualité d’organisme tiers et indépendant pour aider ces organismes à se faire un avis objectif de leurs activités grâce à l’image qu’on leur renvoie, c’est ce que nous appelons communément un effet miroir. Cette approche très structurée et structurante au travers de notre guide des bonnes pratiques, nous permet de passer en revue et de questionner l’ensemble des aspects organisationnels avec les organismes afin de les optimiser.

Les 3 piliers de l’accompagnement IDEAS : structuration de la gouvernance, pilotage et suivi des actions menées, évaluation

Très concrètement, l’accompagnement de l’Institut IDEAS s’articule autour d’une première phase de diagnostic qui s’étend sur une durée de trois mois environ. Ce dernier doit être partagé par tous les acteurs de l’organisme accompagné; il nous permet d’établir un premier constat sur son état d’évolution selon notre guide des 90 bonnes pratiques. Pour que cette étape soit bénéfique, l’organisme doit avoir atteint un degré de maturité suffisant pour pouvoir se questionner sur ses pratiques, et envisager des changements pour lesquels il doit se préparer.

En s’appuyant sur ce diagnostic, nous pourrons ensuite constituer une feuille de route avec l’aide des bénévoles, des outils méthodologiques et des ateliers de formation IDEAS, pour, en accord avec les acteurs de l’organisme, proposer toutes les actions nécessaires afin de le mener au bon niveau d’acceptation par le Comité label. Il est très important de rappeler qu’à l’issue de ce processus d’optimisation, l’organisme fera intervenir un ou deux professionnels indépendants, commissaire aux comptes et expert-comptable, formés à notre guide des bonnes pratiques, qui émettront une attestation quant au degré de maturité de la démarche en cours, et ce, toujours dans l’optique de cette présentation au Comité label.

Suzanne Chami